WICCA Tous les secrets sur la magie enfin dévoilée

Le Désenvoutement par le feu

Le Désenvoutement par le feu consiste à guérir une personne victime d'un sortilège de magie noir PUISSENT.

s-l1600

 

Il n'y a ni jours fériés, ni week-end, ni arrêt maladie pour ma part lors d'un travail.

Mon action correspond à 7 jours de travail consécutifs (soit 7 heurs de rituels ainsi que le matériel, et le travail que j’ai à faire sur moi-même en plus) au tarif de 70 euros.
 
 
Il s’agit de la forme de désenvoutement la plus puissent utiliser, dans ce cas,
on parle aussi de « niveau 3 » .
 
Le désenvoutement par le feu est effectué sur une personne atteinte d’envoutement niveau 3 étant traités uniquement par le feu (cas d’exorcisme).
 
Il est conseillé de la confier à un professionnel car il est généralement pratiqué à distance, sur photo.
 
Les symptômes physiques d’un envoûtement de magie noire :
 
- Fatigue généralisée : jambes lourdes, fatigue au réveil...
- Mal de dos
- Crispation et douleur au niveau du plexus solaire
- Sommeil fragilisé
- Maux de tête persistants
 
Les symptômes psychiques d’un envoûtement de magie noire :
 
- Angoisse sans raison particulière
- Déprime fréquente
- Impression de piqûres sur le corps (nuque, membre) surtout en période de pleine lune
- Cauchemars répétés, rêves de mort
 
Les symptômes communs d’un envoûtement de magie noire :
 
- Comportement inhabituel, faisant agir la personne envoûtée de façon négative, malsaine, voire dangereuse, pour elle ou son entourage, cela, sans aucun contrôle de sa part
 
(Pour les personnes présentant un taux d’envoutement de niveau 1 , il est possible d’agir uniquement par magnétisme, en portant un talisman !)
 

Si vous avez répondu plus de 40 % à oui, vous êtes très certainement victime d'envoutement, soit par magie, par l’œil, démon !
 
N'attendez plus. Je vous propose, de vous retirer le mal, sous 14 jours.
 
Le vrai désenvoutement et une bataille entre deux forces.
Je peux vous aider à retrouver la chance, vos objectifs etc.
 
Une photo et prénom discrétion assurer !

70 €


ENVOYEZ-MOI SANS PLUS TARDER UN MAIL :

natheoarekkane@gmail.com


Je saurais vous guidez à retrouver la paix
 

 

Rituel désenvoutement par le feu puissa | Guilde-des-rituels-de-france

Rituel désenvoutement par le feu puissant Le Désenvoutement par le feu consiste à guérir une personne victime d'un sortilège de magie noir PUISSENT. Il n'y a ni jours fériés, ni week-end, ni arrêt maladie pour ma part lors d'un travail.

https://guildedesritueldef.wixsite.com

 

 
Aucun rituel de magie blanche ne peut se substituer à la médecine
 
 
PS : je n’envoie pas d’objet je pratique le rituel moi-même.

Posté par arekkane à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Rituel magie soin énergétique séance magnétisme 30 minute.

 

s-l1600

Rituel magie soin énergétique séance magnétisme 30 minute.

 

 

Rituel valable tant pour la réception d'un soin énergétique à distance que pour la réception d'une initiation énergétique à distance.

 

Mais ici, je ne parlerai que de soin énergétique à distance.

 

 

Retrouver un mental positif et du sens à votre vie

Faire circuler les énergies stagnantes

Débloquer les nœuds émotionnels

Vous soutenir et vous accompagner en cas de passages de vie difficiles

Soulager, dynamiser le corps

Rééquilibrage chakras

Insomnie, chagrin, etc...

 

Généralement, lorsque que je transmets un soin énergétique à distance, je demande qu'il parvienne au receveur au moment où il se couche dans le but de s'endormir. C'est plus pratique car le soin dispose de toute la nuit pour agir.

 

S'il choisit cette solution, le moment de la réception est donc très précis : c'est au moment où le receveur aura décidé qu'il était temps de s'endormir. Cette formule est très souple et laisse de la place pour la vie familiale.

 

Le receveur peut également choisir le moment précis où il désire recevoir un soin énergétique à distance : un jour déterminé et une heure précise. Ce sera à convenir à l'avance avec celui qui transmet le soin.

 

Au moment où le receveur sera prêt à recevoir le soin énergétique à distance, il s'allongera sur le dos ou se mettra dans une position de relaxation, sans croiser ni les bras, ni les jambes. Il faudra aussi qu'il s'arrange pour ne pas être dérangé pendant la durée de la séance qui peut varier entre 30 et 90 minutes.

 

 

Lorsque le soin énergétique à distance commencera à arriver, le receveur ressentira un engourdissement général (comme si le marchand de sable venait de passer) ainsi qu'une intense chaleur intérieure.

 

 

S'il est réceptif à l'énergie, il pourrait sentir que des boules de chaleur se déplacent dans son corps ou aux alentours.

 

 

Tout d'un coup, le receveur ne sentira absolument plus rien. La séance sera terminée. Je conseille au receveur d'attendre une dizaine de minutes environ avant de se remettre en activité.

 

 

Mais le mieux, après une séance, ce serait de dormir. Il est aussi possible que le receveur s'endorme durant la séance. C’est la raison pour laquelle je conseille de demander à réceptionner les séances de soins au moment où l'on se couche dans le but de s'endormir.

 

 

Cette énergie de soins continuera à travailler sur le receveur pendant 21 jours. Donc, il est possible que durant cette période, le receveur continue à sentir des boules de chaleur qui se déplacent dans son corps. C'est un phénomène tout à fait normal.

 

Pendant cette période, le receveur pourra également évacuer des émotions - pleurs, peurs, colères, joies intenses, etc... C'est normal également, parce que des verrous énergétiques se débloquent et l'énergie recommence à circuler librement dans son corps.

 

Je peux vous aider à retrouver la chance, vos objectifs etc.

 

Une photo et prénom discrétion assurer !

 

29m

 

 

ENVOYEZ-MOI SANS PLUS TARDER UN MAIL :

 



natheoarekkane@gmail.com

 

Je saurais vous guidez à retrouver la paix

 

Aucun rituel de magie blanche ne peut se substituer à la médecine

 

 

PS : je n’envoie pas d’objet je pratique le rituelle moi-même.

29 septembre 2015

La montée du wicca en Amérique chrétienne

Fotolia_49458387_Subscription_Monthly_M

Ce que pensant les autres du WICCA « paganisme »

 

Attention ceci n’est pas ma façon de penser mais c’est déjà pour vous donner une première idée de ce que les autres en pensant

 

La montée du wicca en Amérique chrétienne

 

Peter JONES*

Le Français moyen trouve toujours étrange, j’en suis certain, l’image du président américain sortant d’une église protestante, une grosse Bible à la main. Le mélange de la religion et de la politique dans le nouveau monde est toujours remarquable. Certes, la notion de séparation de l’Eglise et de l’Etat a fait de grands progrès depuis une vingtaine d’années, mais la religion a toujours une place prépondérante dans la vie publique américaine. Lorsque l’on arrive aux Etats-Unis, l’on est grandement surpris par la place qu’occupe le christianisme dans la société: les immenses réseaux d’écoles chrétiennes, de collèges et d’universités chrétiens, les innombrables facultés de théologie – dans celle où j’enseigne, il y a deux immenses armoires (14 étagères) pleines de catalogues de collèges et de facultés de théologie chrétiens –, les centaines de maisons d’édition chrétiennes, les milliers de radios et de télévisions chrétiennes, les puissantes œuvres missionnaires, d’évangélisation et d’action sociale. Le récent mouvement évangélique masculin Promise Keepers réunit régulièrement, dans des stades, 60 000 – parfois 80 000 – hommes dans le but de leur donner l’occasion de renouveler devant Dieu leur engagement vis-à-vis de leurs femmes et de leurs familles.

Effectivement, l’Amérique est profondément chrétienne. Du moins, elle est profondément religieuse: 97% de la population croient en Dieu, et 90% croient que Dieu les aime. Comme le précise la monnaie: “In God we trust” (en Dieu nous mettons notre confiance). Ainsi, chaque enfant à l’école publique prête, tous les jours, serment d’allégeance au drapeau tricolore étoilé, en disant: “One Nation Under God” (une nation soumise à Dieu).

Pourtant, si on gratte la surface un petit peu, la réalité semble tout autre. On découvre que 7% seulement des Américains ont une confession “évangélique”, c’est-à-dire une compréhension doctrinale de ce qu’est la théologie protestante orthodoxe. La nation est religieuse mais pas chrétienne. Comment expliquer les chiffres suivants: 70% des gens approuvent la performance de l’actuel président, dont les nombreuses affaires scandaleuses auraient fait couler tous les présidents du passé? En revanche, 11% soutiennent le procureur indépendant, Ken Starr, un chrétien notoire, dont la responsabilité est de poursuivre, de façon judiciaire, les questions de faux témoignage et de subornation de témoin. Oui, les Américains sont religieux, mais la moralité a changé et, sans aucun doute aussi, la religion dont elle découle.

Un sociologue de l’Université de Boston, Alan Wolfe, a publié en 1998 une étude sur la classe moyenne américaine. Il observe: “Nous étions une nation chrétienne. Tout récemment, nous sommes devenus une nation tolérante, ouverte à toutes les religions.” Et le titre de son livre ? Une nation après tout (One Nation After All) ou la une, c’est-à-dire dont l’unité nationale, ne se fait plus à partir de la morale chrétienne et de la soumission au Dieu de la Bible, mais à partir de la tolérance et d’un relativisme moral et religieux.

Le collège de Dartmouth, l’une des grandes écoles américaines, en est un exemple. Fondée en 1750 par Eleazar Wheelock, l’un des chefs du premier grand Réveil du XVIII e siècle, cette grande institution académique avait pour objectif “faire connaître le seul Dieu et Sauveur et amener à la foi chrétienne les enfants des païens”. Encore en 1945, le doyen Ernest Hopkins avait la même vision: “Dartmouth est un collège chrétien fondé en vue de la christianisation de ses étudiants.” Le doyen actuel, James Freedman, a qualifié, en 1997, ces fondements chrétiens “d’odieux, de fantômes du passé à extirper de la mémoire de l’institution”.

Que s’est-il passé dans cette Amérique chrétienne?

Deux explications différentes mais complémentaires peuvent être proposées:

– la révolution estudiantine et sociale des années 60;

– l’arrivée de la postmodernité.

A) La révolution sociale des années 60

Un changement a été signalé en 1992 lorsqu’un membre de la génération hippie est entré, pour la premère fois, à la Maison-Blanche et a assumé la fonction la plus puissante du monde. M. Clinton a évité l’armée, s’est opposé à la guerre au Vietnam, a fumé de la drogue et a adopté la moralité de la libération sexuelle. M me Clinton, déjà lorsqu’elle était étudiante, a été une féministe convaincue; elle a été l’un des éditeurs d’une revue de jurisprudence révolutionnaire qui considérait les policiers comme des pigs/Schweindignes d’être fusillés, et membre d’une association d’avocats radicaux qui ont défendu les Panthères noires. (Il est intéressant d’entendre M me Clinton accuser aujourd’hui les personnes favorables au droit et à la moralité traditionnelle d’être “des extrémistes”  .) En 1992, les jeunes révolutionnaires fantaisistes des années 60, qui avaient rejeté l’Etat et toutes ses structures, ont pris le pouvoir politique et sont devenus les responsables de la conduite de l’Etat. La révolution sociale qui avait toute l’apparence d’une faillite totale a gagné de façon étonnante et surprenante. “C’est notre temps”, a dit le couple présidentiel en entrant dans les couloirs du pouvoir, et l’on a vite compris ce que voulait dire le mot “notre”: l’avortement généralisé, la femme sur le front des combats dans l’armée, l’acceptation des homosexuels dans l’armée et la nomination au gouvernement de nombreux anciens drogués et de 27 homosexuels déclarés. Deux femmes, gourous bien connus du Nouvel Age, ont également pénétré à la Maison-Blanche comme conseillères intimes de M me Clinton, qui est de longue date membre de l’Eglise méthodiste.

Récemment, la révolution sociale estudiantine des années 60 est aussi une révolution philosophique et religieuse dans la rue, avec des effets réels et politiques. Le livre de Horowitz et Collier, Destructive Generation (1995) présente une exégèse du mouvement. Ses leaders, étudiants à Berkeley, ont édité le journal officiel Ramparts , porte-parole de ces idées révolutionnaires. Ils ont caractérisé leur révolution de “destructive”. La révolution a détruit les idées courantes de l’époque: autorité hiérarchisée, sexualité hétérosexuelle normative et biblique, et la spiritualité biblique. A leur place, ils ont proposé les notions d’autorité personnelle et autonome, de sexualité libérée et la spiritualité orientale.

La révolution n’a pas été un échec, malgré les apparences. Certes, les hippies se sont coupé les cheveux, se sont mis à prendre des bains et à s’habiller de façon bourgeoise. Mais leurs idées se sont répandues à travers toute la culture américaine et occidentale. L’Ouest est allé vers l’Orient et l’Orient est venu à l’Ouest. La technologie, la démocratie et le commerce des Occidentaux ont vaincu l’Orient, mais la spiritualité orientale a vaincu l’Ouest.

Les résultats se sont vite fait sentir dans la société. L’Amérique est leader dans le monde en matière d’avortement, de divorce, de pornographie, d’homosexualité et de féminisme radical.

La révolution aux Etats-Unis a été surtout spirituelle, étant donné la nature très religieuse de la société. On a assisté à une explosion de spiritualités et de techniques spirituelles, qui s’allient à une quantité de méthodes quasi spirituelles en vue de l’amélioration des performances personnelles. L’efficacité, le pragmatisme et le know-how (savoir-faire) commercial ont acquis une dimension spirituelle. Un livre récent, What Really Matters , de Tony Schwartz, dresse le catalogue de toutes ces approches qui unissent la psychologie et l’analyse personnelle occidentale à la spiritualité et aux disciplines spirituelles de l’Orient. En conclusion, l’auteur annonce fièrement “l’émergence d’une nouvelle sagesse américaine” qui sauvera le monde.

B) L’arrivée de la postmodernité

Cette révolution sociale des années 60, loin d’être un échec, a été, en fait, une très grande réussite. Elle a été l’hirondelle qui annonce le printemps d’un nouveau monde postmoderne. Elle a mis en question la civilisation moderne et n’a pas fini d’avoir des effets profonds sur l’établissement d’un nouveau monde postmoderne.

Ainsi, une autre manière d’apprécier les scandales actuels de Washington est de considérer l’arrivée de M. Clinton au pouvoir comme celle du premier président postmoderne des Etats-Unis. Un commentateur voit dans le comportement du président dans les nombreuses affaires d’adultère qui le concernent la mise en jeu d’une philosophie postmoderne. Dans le monde postmoderne, il n’y a pas de vérité, simplement des constructions personnelles, spin . L’apparence, et non le sens, est essentielle. Si la vérité est une autre forme de pouvoir, la place de la raison, les faits et l’évidence ont moins d’importance que l’opportunisme et l’exercice du pouvoir. Saisir le pouvoir, vilipender l’adversaire est aujourd’hui typique des rapports intellectuels à l’intérieur de l’université américaine. Cela se fait aussi en politique, et la technique est bien au point dans l’actuelle administration.

En quoi consiste la postmodernité?

Selon Mark C. Taylor, un postmoderniste américain important, “…deconstruction is the postmodern raised to method” . Au cœur du postmodernisme se trouve la déconstruction. Il est intéressant de noter que les théoriciens reconnus de la postmodernité sont presque exclusivement Français, soit de naissance (Lacan, Foucault, Lyotard, Certeau, Bataille, Maurice Blanchot, Jean-Luc Nancy, Luc Ferry et Hélène Cixous), soit parce qu’ils ont choisi la France comme pays d’adoption (Levinas, Derrida, Kristeva), soit parce qu’ils écrivent en français (Irigaray). L’empire français domine toujours le monde, du moins par ses textes de philosophie. Made in France : pensé en France, exploité aux Etats-Unis!

La déconstruction est associée à Jacques Derrida, qui doutait de la possibilité de décrire par une théorie quelconque le phénomène de la communication littéraire. Le sens, et même notre conscience d’être n’existent pas en dehors du langage: tout langage est temporaire et relatif. Il n’y a pas de signifiant originel, transcendant et objectif (Dieu, l’histoire, l’homme, la raison) qui serait en dehors du système linguistique qui, lui, est une invention humaine. Comme le dit Ferry, suivant Derrida, les sciences humaines déterministes

prétendent rendre le mystère humain enfin visible. Leur effet démystificateur est toujours plaisant. Mais c’est aussi leur faiblesse: leur postulat fondamental, celui de la rationalité cachée, parce qu’il est irréfutable, n’est pas lui-même scientifique. Il relève d’un parti pris métaphysique et n’est, comme tel, qu’une croyance parmi d’autresî  .

Derrida est en pleine réaction contre le structuralisme. Il ne s’en sort que s’il y a du sens; ce sens émane du lecteur, non pas de l’auteur ou de la structure profonde du texte. De ce doute méthodologique s’est construite une philosophie déconstructionniste/postmoderne. Puisque le langage est un produit culturel, le sens est nécessairement une construction sociale et devrait être déconstruit. C’est pourquoi Mark C. Taylor a raison: “…deconstruction is the postmodern raised to method.” Au cœur du postmodernisme se trouve la déconstruction.

On sent là une sorte d’obligation morale. En partie, il y a une réaction juste contre l’orgueil moderne qui, avec son rationalisme, se croyait, grâce à la raison autonome, capable de résoudre tous les problèmes humains. En fait, comme nous allons le montrer plus loin, l’homme pécheur n’abandonne jamais l’autonomie de sa raison, puisque, pour parler, il lui faut faire appel à elle. Ainsi la vraie cible de l’artillerie déconstructive est, encore une fois, la world view chrétienne.

i) La déconstruction en tant que théorie sociale

Jean-Francois Lyotard utilise cette théorie littéraire pour développer une théorie sociale. Lyotard exprime une suspicion fondamentale contre les “métanarratives”. Toute assertion de vérité est un produit social et valide seulement à l’intérieur de ce système précis  . “Le monde est un texte.” Gouvernements, world view /conceptions du monde, technologies, histoires, théories scientifiques, les coutumes sociales et les religions sont tous des constructions sociales  . Il n’y pas de “logos transcendant”, aucun sens objectif… nous sommes incarcérés dans la “prison du langage”.

Les déconstructionnistes dépendent de Nietzsche, qui croyait que la vie humaine consistait en une volonté innée de pouvoir  . Le vrai sens de la culture se trouve sous la surface, caché dans des institutions, masquant des complots sinistres mais souvent inconscients. Ainsi les déconstructionnistes sont, de facon étrange, animés par un moralisme digne des croisades du Moyen Age.

ii) Déconstruction en tant que théorie éthique

– L’homosexualité

Michel Foucault, le philosophe homosexuel, cherche à développer la déconstruction dans le domaine de la sexualité. Il tient à démontrer que tout système, tout méta-récit exprime une volonté de pouvoir. Il n’existe pas de normativité sexuelle, seulement l’imposition injuste de la volonté des hétérosexuels les plus nombreux sur les homosexuels moins nombreux.

La déconstruction a l’air d’être le plein aboutissement de la transvaluation nietzschéenne des valeurs. Selon Foucault, “la soi-disant vérité” est tout simplement du harcèlement idéologique de la part de ceux qui détiennent le pouvoir. Au travers de ces idées, la normativité de l’éthique biblique sexuelle est déconstruite et de la dynamite est placée sous les cathédrales de la pensée théologique orthodoxe.

– L’éthique générale

Féministe française, Julia Kristeva déclare que le programme éthique d’aujourd’hui consiste à se demander comment fracasser les codes éthiques du passé, dans le but suivant: faire place au jeu libre de la négativité, du désir, du plaisir et de la jouissance. L’Amérique d’aujourd’hui a perdu le consensus éthique du passé, de telle sorte qu’il est souvent très difficile de trouver un jury capable d’arriver à un jugement commun. On ne croit plus en l’Amérique “chrétienne”, à l’existence de principes moraux sûrs et certains. Tout est relatif, l’objet de choix personnels. One Nation, After All .

iii) La déconstruction en tant que théorie féministe et du rôle de la sexualité

Encore une Française, Simone de Beauvoir a joué un rôle important. Le féminisme peut être vu de façon positive comme la défense des droits de la femme; mais le féminisme récent, surtout aux Etats-Unis, est aussi une expression très puissante de la déconstruction, avec son côté négatif de l’anéantissement du patriarcat, c’est-à-dire du démantèlement du système familial fondé sur l’autorité et la responsabilité du père pour la défense, le maintien et le bien-être de la famille, structure millénaire et biblique qui est à la base de la civilisation humaine. La patriarcat est le péché originel.

iv) La déconstruction du Canon

La découverte d’une bibliothèque gnostique en 1945 et sa publication dans les années 70 a fourni une source de textes pseudo-chrétiens qui permettent, aujourd’hui, à un certain nombre de biblistes américains de déconstruire les limitations du Canon orthodoxe et historique. J’ai assisté à une conférence savante de l’un des néotestamentaires américains les plus connus qui a prétendu que la contribution la plus signifiante de la science néotestamentaire américaine était l’admission dans le Canon chrétien de l’évangile gnostique de Thomas. Grâce surtout aux Américains, l’on est en train de créer une nouvelle Bible pour un nouveau monde.

v) La déconstruction de Dieu

Pourquoi la postmodernité a-t-elle pris racine et fleuri aux Etats-Unis? Parce que la terre a été bien préparée. L’essence même de la déconstruction postmoderne est bien religieuse. La vraie cible de l’artillerie déconstructive, comme je l’ai déjà dit, est la world viewchrétienne. Une terre religieuse comme l’est l’Amérique fait d’elle l’hôte approprié pour accueillir la spiritualité postmoderne.

Mark C. Taylor appelle la déconstruction “l’herméneutique de la mort de Dieu”. En 1974, David Miller, avant que l’on parle couramment du postmodernisme aux Etats-Unis, a annoncé, dans les années 60, la mort de Dieu, pas la mort des dieux, mais la mort du Dieu de la Bible. Il a déclaré qu’à la mort de Dieu, les dieux et les déesses du wicca impérial devraient renaître. Aux funérailles de Dieu naîtra le polythéisme. Miller a refusé les normes unidimensionnelles d’une civilisation monothéiste non seulement en ce qui concerne la religion, mais aussi la politique, l’ordre social, l’éthique et la psychologie.

Cette révolution a réussi. L’Amérique est toujours une nation soumise à Dieu, mais il s’agit d’un autre dieu, le dieu pluriforme et humain du wicca classique.

Voici quelques exemples:

– Aux Etats-Unis, en 1993, s’est réuni le Parlement des religions du monde avec 6000 représentants de 125 religions. Sur l’estrade se trouvaient des représentants du protestantisme, du catholicisme, de l’orthodoxie, du judaïsme et de l’islam libéraux, mélangés avec des prêtres hindous, bouddhistes, zen, jaïnistes, animistes américains et africains, sikh, baha’i, rastafarians et zoroastriens, et des gourous du Nouvel Age, des écologistes, des panthéistes, des théosophes, des shamanistes, des sorcières et les adorateurs de la déesse Isis d’Egypte, tous là pour célébrer leur communion profonde.

Le melting-pot [point de fusion, creuset de refonte] de cultures et d’ethnies est devenu un melting-pot syncrétiste de religions.

– La même année, 2000 femmes presbytériennes et méthodistes se sont réunies pour ré-imaginer la foi chrétienne. Pendant les trois jours de la rencontre, elles n’ont jamais employé le nom de “Père” pour Dieu, ni de “Fils” pour le Christ. Elles ont rendu un culte eucharistique à la déesse Sophia, avec des éléments de lait et de miel – elles se sont moquées du sacrifice de la croix, trouvant le pain et le vin inappropriés – et le culte s’est terminé avec l’acte sacramentel ultime, la mastication de la pomme.

– Encore plus païenne, la fête annuelle de l’Homme Brûlant dans le désert du Nevada, en 1997; 17 000 personnes se sont réunies pour rendre un culte à Satan. Elles ont demandé au “Papa Satan” de les emmener avec lui en enfer. Ensuite, pour conclure les célébrations, l’Homme Brûlant, un homme de 20 mètres de haut, a été brûlé en efffigie.

– Le best-seller actuel de la fiction, Talking to Heaven ,de James Van Praagh, développe des sujets tels que le spiritisme, l’occultisme et la pratique de la nécromancie pour les Américains, les habitants d’un pays qui, généralement, respectait l’interdiction faite par le livre du Lévitique (20:6): “Si une personne se tourne vers ceux qui évoquent les morts ou vers ceux qui prédisent l’avenir pour se prostituer avec eux, je tournerai ma face contre cette personne”, dit l’Eternel.

Ainsi, deux mouvements différents mais parallèles et complémentaires ont profondément changé l’Amérique dite “chrétienne”. La révolution sociale des années 60 a détruit bien des choses, et l’analyse postmoderne en a déconstruit beaucoup d’autres. Une société ainsi démantelée attend une reconstruction. Une société déconstruite est dans une situation précaire. La déconstruction est une passerelle vers autre chose, comme le pluralisme tolérant. E.R.Norman a récemment dit:

Le pluralisme est un terme que l’on emploie pendant une période de transition, d’une orthodoxie à une autre, car le pluralisme en lui-même est un état instable. Même les pluralistes tolérants ne savent pas inclure les non-pluralistes.

La reconstruction païenne

Après la destruction vient la reconstruction. La béance suscitée par la déconstruction appelle une nouvelle plénitude religieuse. Le polythéisme, en particulier, est au rendez-vous: les dieux et les déesses du wicca ancien se portent bien aux Etats-Unis, au seuil du III e millénaire. Les normes unidimensionnelles d’une civilisation monothéiste de la religion, de la politique, de l’ordre social, de l’éthique et de la psychologie ont cédé la place à une nouvelle construction “multivoque” et multiforme. “Une nouvelle sagesse américaine émergente” sauvera l’Amérique et éventuellement le monde.

Apparemment aussi en France, une reconstruction optimiste commence à apparaître. Hélène Cixous, un porte-parole du mouvement postmoderne, s’exprime dans des termes quasi religieux, en parlant de son travail. Elle cherche à dresser “un portrait de Dieu, c’est-à-dire un portrait de notre propre divinité, notre propre mystère” . Il en est de même du livre de Luc Ferry, L’Homme Dieu ou le sens de la vie  , qui parle d’une “foi pratique” d’une “spiritualité laïque”  et de l’enfer moderne, “la solitude d’un univers à jamais dépourvu de signification”  . Comment parler de spiritualité et de sens dans un monde “déconstruit”, postmoderne? Malgré toute la déconstruction, le sens et le spirituel sont de retour. “Le versant spirituel de l’humanisme… se doit d’assumer un certain réinvestissement du vocabulaireÖ (un) réaménagement du religieux”  qui, tout en surprenant une société laïque et officiellement matérialiste, risquent de devenir une nouvelle forme du gnosticisme ancien  . Voir aussi le goût populaire et croissant en France pour la spiritualité psychique… Mais mon sujet n’est pas la France, dont j’ignore l’état spirituel actuel.

Une eschatologie néopaïenne optimiste

Le D r Peter Russell (un expert en méditation transcendantale, employé par IBM, Shell, BP, la Barclay’s Bank, DEC) annonce, à travers un guide/esprit, qu’une “nouvelle vibration descend sur la planète, signalant un moment de renaissance”.

Pour David Miller, professeur de religion à l’Université de Syracuse, “libéré de l’impérialisme monothéiste [la mort de Dieu], l’homme a enfin la possibilité de découvrir de nouvelles dimensions cachées dans les profondeurs de la réalité”.

La féministe française Julia Kristeva déclare que le programme éthique d’aujourd’hui consiste à se demander comment fracasser les codes éthiques du passé, dans le but suivant: donner une place au jeu libre de la négativité, du désir, du plaisir et de la jouissance, mais elle ajoute: avant de les [codes éthiques] remettre ensemble encore une fois.

James M. Robinson, un ancien pasteur réformé, parle d’une nouvelle forme du christianisme, un mélange d’orthodoxie et de gnosticisme.

La béance énorme, résultat de la déconstruction radicale, demande un nouveau “grand récit”, issu d’une déconstruction “mystique”, une postmodernité, selon David Tracy, professeur et théologien catholique progressiste à l’Université de Chicago, tout près du bouddhisme et du mysticisme (via negativa) de Maître Eckhart.

Tout cela me fait penser au gnosticisme ancien. Giovanni Filoramo, dans A History of Gnosticism [13] , parle d’un réveil mythologique gnostique. Après une période de rationalisme (la critique du muthos de Socrate, Platon et Aristote se servant du logos ), on redécouvre le mythos , auquel on donne un nouveau sens. Ainsi, dit Plutarque, l’empire gréco-romain du I er siècle “était un gobelet bouillonnant de mythes”  .

Les Beatles sont allés en Orient et les gourus hindous sont venus à l’Ouest. Les voyages chimiques des hippies et les séjours en Inde se traduisent aujourd’hui en une nouvelle gamme de spiritualités orientales. Le mystique hindou Swami Vivekananda prophétisa au premier Parlement des religions du monde, en 1983, la mise en place d’une société faite de la science et du socialisme occidentaux et de la spiritualité indienne. Ceci s’est réalisé de façon palpable cent ans plus tard.

i) Le retour du wicca païen. “Le nombre de païens pratiquants se multiplie de façon dramatique.”

Mircea Eliade, expert dans les religions comparatives, a été fasciné par l’hindouisme, et voyait dans toutes les religions des symboles unifiants pour l’humanité. Juste avant sa mort, il y a quelques années, il parlait de l’approche d’une nouvelle humanité, joignant l’Orient et l’Occident.

La nouvelle unité est aussi totalitaire que les grands récits déconstruits du passé. Ce que les déconstructionnistes détestaient, à savoir, “l’hégémonie d’un seul mode de pensée et d’être, se croyant universellement valable” ne disparaît pas, comme l’espéraient les déconstructionnistes. Elle change de forme. La prétention du théisme chrétien à être véridique est maintenant la prétention du monisme païen. La vérité n’est plus révélée du dehors, mais émane de l’expérience humaine, l’expérience fondée sur le mysticisme de l’unité païenne avec toutes choses. Cette vérité se trouve non pas dans des livres sacrés mais dans l’âme humaine. Nous sommes en présence d’une nouvelle forme du gnosticisme qui a attaqué l’Eglise aux premiers siècles de notre ère mais, cette fois-ci, avec un programme aussi vaste que la planète.

Aux Etats-Unis se perfectionne une nouvelle vision unitaire et unifiante pour le monde. Mikhaïl Gorbatchev a créé, il y a quatre ans, un organisme, Le Forum état du monde, qui réunit à San Francisco des centaines de “lumières” mondiales de la politique, de la science et du commerce. Son organisme est soutenu financièrement par un certain nombre d’hommes d’affaires parmi les plus riches du monde. Gorbatchev veut sauver la planète de toutes les crises écologiques – ce qui est tout à fait valable – et il croit que nous n’avons plus qu’une trentaine d’années avant que la planète ne se détruise – ce qui n’est pas certain du tout. Puisque le problème est énorme, Gorbatchev propose un nouveau sytème de valeurs, de nouveaux Dix Commandements fondés sur un cocktail syncrétiste de christianisme social, de bouddhisme et de démocratie occidentale et/ou soviétique, employant la sagesse commune à toutes les religions du monde. Bref, le nouveau wicca a une eschatologie urgente et une dimension religieuse réelle mais profondément non chrétienne. Ici, on n’est plus dans le domaine des idées. Ici, la religion et la politique se joignent dans un programme planétaire concret et terre à terre, fort bien financé à l’américaine.

ii) La spiritualité de la déesse

Spécifiquement aux Etats-Unis, cette nouvelle orthodoxie religieuse apparaît dans la notion de l’adoration de la déesse. Le ventre circulaire de celle-ci exprime très bien l’inclusivité unifiante et encerclante du monisme planétaire. La déesse symbolise la consubstantialité de l’humain avec le divin, notion essentielle du wicca, à savoir la divinité de toutes choses, tout ceci lié au programme explosif du féminisme. C’est ainsi que l’on parle du “retour de la déesse” ou de l’arrivée proche du millénium de Sophia, où tous les peuples et toutes les religions seront unis autour du féminin divin. Prêtresse d’Isis, CaitlÌn Matthews croit que nous sommes sur le point de reconnaître Sophia/Isis comme elle l’était à Alexandrie au I er siècle, le phare qui guidait aussi bien les chrétiens, les juifs, les gnostiques et les païens  .

Conclusion

Le commentateur Gene Veith, celui qui décrit M. Clinton comme le premier président postmoderne, termine son article par l’observation suivante:

Ce qui secoue le Tout-Washington actuellement n’est pas seulement des histoires de sexe et de politique; c’est surtout une confrontation monumentale entre deux visions opposées du monde  .

Francis Schaeffer, prédisait dans son livre La pollution et la mort de l’homme (1970), l’influence prédominante du panthéisme à la fin du XX e siècle. Os Guinness, également de L’Abri (Suisse), a lui aussi annoncé, en 1973, que les religions orientales seraient au sein du christianisme, à la fin du siècle, comme une nouvelle forme du gnosticisme ancien.

Vivant dans l’ère postmoderne, nous sommes témoins aux Etats-Unis du retour du wicca sous une forme virulente et globalisante. Ainsi le vrai conflit millénaire entre la lignée du serpent et celle de la femme réapparaît encore une fois sur la scène de l’histoire, mais d’une manière particulièrement claire. Nous entrons, disent les gourous du Nouvel Age, dans l’Age du Verseau; nous laissons derrière nous l’Age des Poissons qui, en anglais étant au singulier, représente pour ces gourous le symbole chrétien du poisson, et donc la fin de l’ère chrétienne. Ce que les théologiens réformés ont toujours appelé l’Antithèse constitue, me semble-t-il, le programme théologique de l’avenir immédiat. Comme l’a dit si justement, il y a cent ans, le théologien hollandais Abraham Kuyper, lors d’une de ses conférences dites The Stone Lectures, à Princeton:

N’oublions pas que le contraste fondamental a toujours été, est toujours et sera jusqu’à la fin: le christianisme ou le wicca, les idoles ou le Dieu vivant.

Un bon mot d’ordre pour aujourd’hui!

 

Je ne cite cet article qu’à titre d’exemple bien entendu ma manière de penser est totalement différente, beaucoup de personnes se trompant sur le WICCA .

On peut dire que ce qu’ils ne comprennent pas leur fait peur !

Posté par arekkane à 12:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]